Il nous faut continuer nos missions, échanger sur nos démarches, inventer de nouveaux modes d’action

  • mardi 31 mars 2020

Paul FRIMAT, professeur émérite, président de l’ISTNF

Il est difficile de se souvenir de ce que nous faisions il y a encore deux semaines et pourtant aujourd’hui tout a changé. La crise liée à la survenue du Covid-19 est réelle, elle nous touche de plein fouet. Si le pic attendu n’est toujours pas là, les chiffres égrenés jour après jour nous montrent bien qu’il nous faudra du temps pour venir à bout de cet épisode. Chacun cherche aujourd’hui à trouver des repères, à s’engager, à rentrer dans une démarche collective qui nous permettrait d’agir, de nous rendre efficace, en tant que professionnel de santé au travail, en tant que professionnel de santé au sens premier du terme. Dès les premiers jours du confinement, nous nous sommes réunis, avec les directeurs de services de santé au travail et le médecin inspecteur régional du travail, par écrans interposés, pour maintenir le lien entre nous, exposer nos organisations, exprimer nos interrogations et trouver des solutions pratiques pour continuer nos missions. Nous avons initié la même démarche en réunissant un groupe de médecins du travail, tous les services de santé au travail des Hauts-de-France étant représentés au sein de ce groupe, afin de discuter de façon pratique à la façon dont nous pouvons continuer notre activité de suivi et de conseil auprès des entreprises et des salariés.

Si les organisations sont diverses, les services de santé au travail ont gardé certains centres médicaux ouverts, des médecins du travail sont d’astreinte, des équipes se relaient, certains personnels sont à l’arrêt. Les mots de téléconsultation, de télémédecine, ou de téléconseil sont sur toutes les lèvres. Il nous faut faire des choix, initier de nouvelles procédures, tester des outils. Je suis conscient de l’effort qui nous est demandé, mais je suis confiant, les personnes que je croise par écran interposé sont engagées, sont disciplinées, cherchent des solutions. Une loi et des ordonnances ont été publiées et un décret est attendu qui devrait concerner la Santé au Travail. Des précisions seront apportées sur le report des visites médicales hors activités indispensables à la vie de la Nation et sur les visites concernant les activités indispensables ; en attendant, le médecin du travail doit décider et apprécier en fonction des éléments dont il dispose. La formalisation des protocoles doit permettre à chaque acteur de l’équipe pluridisciplinaire de trouver sa place ; au médecin du travail à apprécier si une visite médicale en présentiel est nécessaire. De nombreux personnels sont à l’arrêt dans les services de santé au travail, il faut réfléchir à l’effectif minimal dont vous avez besoin pour assurer vos missions et en particulier pour répondre aux besoins de santé des entreprises et de leurs salariés.

L’ensemble des services de la région ont décidé de continuer leur activité en priorisant certains secteurs. Plusieurs services de santé au travail viennent de mettre en œuvre une cellule psychologique à destination de leurs entreprises adhérentes. La question des Ehpad doit retenir toute notre attention, chacun constatant de l’absentéisme au sein des maisons de retraites ; comme l’a fait l’Astil sur la Côte d’Opale, un service de santé au travail peut conventionner avec un Ehpad pour lui prêter une main d’œuvre infirmière, c’est une contribution possible. Beaucoup d’entre vous se sont inscrits volontairement dans la réserve sanitaire, je salue votre engagement. Sans doute, les médecins du travail qui n’ont pas pratiqué d’activité de soin depuis de nombreuses années seront-ils affectés dans des centres de régulation. Des services de santé au travail ont sollicité leurs entreprises adhérentes afin de leur demander de réunir les masques dont ils pourraient disposer afin de les acheminer aux hôpitaux.

Bravo pour vos initiatives, l’équipe de l’ISTNF restera auprès de vous durant l’ensemble de cette crise, pour aider à la mutualisation de pratiques ou par la diffusion d’informations juridiques.

Tous ensemble, il nous faut continuer nos missions, échanger sur nos démarches, inventer de nouveaux modes d’action et nous tenir informé de l’évolution de la crise. Bon courage à tous.

Fonctionnement des SST pendant l’épidémie de Covid-19

  • jeudi 19 mars 2020

Une instruction des ministères du travail et de l’agriculture et de l’alimentation du 17 mars 2020 vient préciser les attendus des Services de santé au travail qui « doivent assurer la continuité de leur mission, en adaptant bien évidemment leur activité et leur organisation au risque engendré par l’épidémie de Covid-19.